lundi 14 avril 2014

Pour Pessah, la Pâque Juive: manger du pain Non, boire du thé Oui

Bonjour à tous, 
cette année, #Pessah : la Pâque juive, qui commence aujourd'hui, et la Pâque chrétienne coïncident. 
J'ai profité de cette occasion pour m'intéresser aux interdits alimentaires et coutumes alimentaires bien présentes bien présentes dans ces rituels religieux.
J'habite dans un quartier juif de Paris et les magasins cashers fleurissent en bas de chez moi. Pour Pessah, c'est un défilé constant de camions et de de clients qui viennent s'approvisionner pour la grande fête. 
J'ai des copains et copines juives plus ou moins croyants, qui mangent plus ou moins casher mais Pessah est une fête importante qu'ils célèbrent tous.  
Oui, mais voilà, je me suis demandé quels étaient les interdits et si par hasard le thé en faisait partie? 
Et du coup, je les ai harcelés de questions. Et je n'ai pas été déçue! Un grand merci à Séverine et à Sophie pour les anecdotes.

Tout d'abord, il faut rappeler que Pessah est une très importante fête juive qui commémore le départ d'Egypte des Hébreux où ils étaient réduits à l'esclavage depuis plus d'un siècle. Vous connaissez tous le célèbre negro-spiritual : "Let my people go" qui retrace la quête de la liberté du peuple juif. Et bien, voilà c'est ça la fête de Pessah : la fête de la liberté.

Liberté, liberté oui mais c'est une fête hyper-codifiée qui demande le respect de certaines règles alimentaires. Je passe sur les détails de grand nettoyage d'avant-Pessah pour "cachériser" ustensiles, vaisselle, etc. Le plus important, ce sont les interdits et notamment le 'hamets. Le 'hamets regroupe tous les produits composés à base d'une des cinq céréales suivantes : blé, orge, avoine, épeautre, seigle.
Il est interdit de posséder ou commencer des aliments contenant ces céréales.
Du coup, vous avez compris, il n'est pas permis de manger du pain durant Pessah.
Et c'est pour ça, que la plupart des boulangeries de mon quartier
soient sont fermées pendant Pessah,
soit perdent 50% de leur clientèle.

Pendant Pessah, on doit se contenter de pain azyme (matza), en souvenir du pain que mangèrent les Hébreux lors de l’exode car en fuyant l’Egypte, ils n’avaient eu le temps de laisser lever le pain.

Côté rituel : dans la  Pâque chrétienne, on célèbre la résurrection du Christ et  le dimanche de Pâques est consacré à la dégustation de l'agneau pascal et la chasse aux oeufs de Pâques qu'attendent impatiemment les enfants!
A Pessah, le seder est le repas  traditionnel pendant lequel les familles juives lisent le haggada qui est le récit de l'exode. Le plateau du seder est composé de 6 éléments principaux:
Source: theawarenesscenter.blogspot.com

  • Les herbes amères ou Maror. Traditionnellement, c'est du raifort, mais le persil, l'oignon vert ou le céleri peuvent faire l'affaire.
  • Le 'Haroset. C'est un mélange qui représente le mortier utilisé par les esclaves pour construire les pyramides d'Égypte. Il s'agit généralement d'un mélange de pommes, de noix et de vin.
  • Les légumes ou Karpass. Il s'agit d'un légume-racine, doux, comme de la pomme de terre bouillie. Cela représente le dur labeur des esclaves.
  • Le Zeroa. Il s'agit d'un os de jarret, généralement d'agneau ou de chèvre, qui symbolise l'agneau sacrificiel de la Pâque.
  • L'œuf ou Beitsa. Un œuf dur est utilisé pour symboliser l'offrande faite à l'époque du Temple.
  • La laitue. Il s'agit généralement d'une salade romaine, qui, comme les herbes amères, symbolise l'amertume de l'esclavage.
  • Un bol d'eau salée est également nécessaire. 
Tout comme dans la Pâque chrétienne, on retrouve l'agneau pascal ainsi que le vin et sa symbolique, signe de renouveau, début d'une nouvelle vie. La seule boisson vraiment importante à Pessah est le vin (ou le jus de raisin) qu'il faut boire accoudé.
Pendant le repas, c'est la fête et les enfants participent gaiement à tous les rituels. Severine m'explique que son meilleur souvenir d'enfance à ce sujet est le plateau qu'il faut faire circuler au dessus des têtes des convives en chantant les bénédictions (Etmo...). Chez ses grands parents, au lieu de laisser un adulte le faire, en tournant autour de la table, c'étaient les jeunes enfants qui montaient pieds nus à tour de rôle sur la table et portaient le lourd panier au dessus des têtes. Bien entendu, étant donné le nombre de verres de vin et d'eau c'était un parcours d'obstacles qui les ravissait, surtout s'il se terminait, comme à chaque fois par des grosses taches de jus sur la nappe de la Mamie :-) 

Ce côté ludique de Pessah, Sophie me l'a aussi raconté et tout comme dans l'excitation des enfants qui partent à la recherche des oeufs ou des lapins en chocolat dans le jardin, elle partait à la recherche du 'hamets avec son grand-père, une bougie à la main.

Entre tradition, rituels, joie et célébration, ce que je retiens de ces Pâques juive et chrétienne est un fantastique moment passé ensemble, en famille autour d'une certaine idée de la liberté.

Et le thé, dans tout ça,me direz-vous? Et bien il doit se boire pur, pas de thé parfumé, pas de thé en poudre mais en feuilles et de préférence casher. Il sera apprécié pour aider à digérer les superbes plats et gâteaux de pessah dont vous pouvez avoir un aperçu dans le superbe blog de Sophie, Coté Soleil
Si vous recherchez des thés cashers, vous pouvez aller faire un tour ici
En ce qui me concerne, j'ai du mal avec les thés de Pâques (un argument marketing et pas du tout religieux); ce sont plutôt des thés gourmands qui ont envahi les rayons : Damman, Palais des Thés, Comptoirs des Thés, Mariage Freres, Lupicia, ou Fauchon au nom évocateur Eclair au Chocolat


je ne sais lequel choisir......



Et vous, vous connaissez les rituels de Pâques?







Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire